REPRODUCTION ET ELEVAGE  DES HIPPOCAMPES EN AQUARIUM - Page 5 – L’alimentation des nourritures vivantes pour alevins d’hippocampes en aquarium d’élevage (rotifères, nauplii d’artémias et/ou copépodes) : la décapsulation des cystes d’artémias, la réfrigération des nauplii d’artémias, l’élevage des copépodes, les mysis congelées.

 

 

Une autre méthode pour éviter ces cystes non éclos est

 

          - La décapsulation :

 

Cette technique consiste à dissoudre la coque des cystes avec de l’eau de Javel ; il y a plusieurs avantages à cette technique :

     - élimination des coques indésirables, bien sûr.

     - suppression des hydroïdes ( cf. plus loin )

     - éclosions plus rapides et plus nombreuses

     - valeur nutritionnelle plus élevée de 20%, ce qui peut changer fortement le taux de survie des alevins ( peu d’énergie dépensée par les nauplii pour briser les coques )

 

1-     mettre 1 mesure d’eau du robinet dans un mini bac et ajouter un « bulleur » jusqu’à la fin de l’opération pour maintenir les cystes en mouvement, et ce pendant 1 heure/ 1 heure 30.

2-      tout en maintenant une forte aération, ajouter 1 mesure d’eau de javel ; celle-ci va dissoudre progressivement les coques ( chorions ); un changement de couleur, du marron au gris, puis au blanc, enfin à l’orange ( la couleur des nauplii à l’intérieur ) vous avertit que le processus est terminé. Cela dure environ 7 minutes.

3-     recueillir les cystes et les rincer pendant quelques minutes, jusqu’à ce qu’ils ne sentent plus la javel.

Ils sont prêts à rejoindre votre bouteille-éclosoir ou votre réfrigérateur, pour une semaine au plus.

ATTENTION ! si vous traitez un nombre important de cystes, il peut y avoir un dégagement de chaleur important ; soyez attentifs à cette augmentation de température. S’il se produit, surveillez attentivement l’opération et diminuez le nombre de cystes dans le futur.

 

 

          - L’expérience allemande de la réfrigération :

Après de premiers essais de Rolf Hebbinghaus au Löbbecke Aquazoo de Düsseldorf, Wolfgang Mai a fait une expérience très intéressante qui a mis en lumière les faits suivants :

Les nauplii d’artémias peuvent être gardées dans un réfrigérateur à 5-7 degrés jusqu’à 3 jours ET « s’enrichir » en même temps : les températures basses ralentissent leur développement ; leur croissance s’arrête et elles restent ainsi suffisamment petites pour les petits hippocampes. Mais elles sont plus nourrissantes ! Le taux de croissance des petits hippocampes nourris avec ces nauplii « réfrigérés » au lieu de nauplii « frais » étaient supérieurs de près de 20% !

 

          - L’élevage proprement dit :

Leur élevage n’est pas aussi simple que cela. Les artémias meurent dans 3 cas :

-         l’eau est polluée par trop de nitrite ou nitrate.

-         la nourriture est insuffisante.

-         le taux d’oxygène de l’eau est trop faible.

 

L’utilisation de phytoplancton règle les deux premiers problèmes :

La couleur de l’eau renseigne sur la quantité de nourriture disponible.

La pollution de l’eau est limitée par le phytoplancton qui se nourrit des déchets dissous et assure ainsi une certaine épuration de l’eau. on pourra toujours ajouter quelques gouttes d’Amquel + de temps en temps pour faire baisser le taux de nitrite/nitrate.

 

Il reste le problème de l’oxygène : les pompes à air devront bien aérer l’eau. Les échanges gazeux se faisant à la surface, c’est cette dernière qui doit bouger ; l’utilisation de récipient tout en hauteur comme des bonbonnes est donc à proscrire. Il faut préférer des récipients peu profond mais à large surface.

 

Il faut prévoir pompes à air et récipients/aquariums pour être capable de produire des artémias âgées de 1 à 7 jours ( cf. plus loin « les tours à artémias »).

 

 

    - Les élevages  de copépodes : 

 

Un petit aquarium de 2 à 20 litres ou plus ( selon la quantité de copépodes ) suffit.

Un peu de lumière et une pompe seront ajoutés.

L’aération nécessaire est très variable selon l’espèce de copépode : il vaut donc mieux leur procurer une aération moyenne ou forte selon le volume de l’aquarium même si elle est inutile, plutôt que de provoquer leur mort par asphyxie.

 

Il y a encore beaucoup à découvrir sur les copépodes.

Les phytoplanctons utilisés sont très divers, diatomées, Isocrysis, Tetraselmis ou Nannochloropsis ; D’après certains auteurs, les copépodes ne mangeraient pas du tout de Nannochloropsis ; d’autres élèvent avec succès des  Tigriopus avec cette même Nannochloropsis !

 

Il apparaît souhaitable de mélanger 2 espèces de phytoplancton à la valeur nutritionnelle différente de manière à procurer aux copépodes les deux principaux types d’acides gras insaturés Omega 3, EPA et DHA ; par exemple Nannochloropsis pour l’EPA et Tetraselmis ou Isochrysis pour les DHA.

 

Il faut tout simplement maintenir leur eau verte ; quand elle s’éclaircit, il est temps d’ajouter du phytoplancton.

La récolte se fait avec un filet à rotifères/copépodes.

 

Les mysis surgelées :

 

Il faut leur présenter de petites  mysis décongelées dès 2 à 3 mois avec une pince longue et fine. On peut en mettre 1 dans un courant pour qu’elle ait l’air d’être vivante ( la récupérer si elle n’est pas mangée ). En déposer 1 sur le sol dépourvu de substrat ou dans un  petit bol japonais : il y aura toujours un hippocampe plus gourmand et plus curieux que les autres pour s’approcher, tourner autour plusieurs minutes avant de décider que la chose est mangeable et de l’avaler. Tous les autres qui observent de loin le précurseur suivront et mangeront alors des mysis décongelées désormais inscrites au menu.

 

ATTENTION A LA QUALITE !

Les mysis sont vendues en plaques d’une vingtaine de godets ; plus la couleur est foncée, plus la qualité est bonne. Le corps de ma mysis doit être ferme et garder sa forme quand elle est tenue avec une pince par la queue.

Il faut demander à votre animalier la qualité supérieure ou premium car chaque marque a différents niveaux de qualité. En effet, vos hippocampes peuvent avoir des problèmes pour avaler des mysis ordinaires, trop molles ; elles restent au fond de leur museau et ils ne peuvent que les recracher pour la plupart avec regret.

N’oubliez pas que vos hippocampes méritent le meilleur ; ils le valent bien.

 

Par ailleurs placer dès le début de petites mysis décongelées dans le bac des petits à chaque repas ( à enlever aussi régulièrement ) a une autre utilité :

Cela va provoquer le développement de certaines bactéries qui seront ingérées par les petits. Celles-ci vont alors permettre à leur système digestif de fonctionner normalement.

C’est une bonne préparation car une association se fait chez eux entre odeur de mysis et nourriture.

 

 

 Retour haut de page       Suite Page 6

                    

 

*   *  *

 

 

 

 

 

 

 

 

NAUPLII D ARTEMIAS COPEPODES MYSIS
© 2017 Patrick André
ACCUEIL PLANETE HIPPOCAMPE
TOUT SUR LES HIPPOCAMPES
ORIGINE DES HIPPOCAMPES, FOSSILES & ADN
LE JOURNAL DES HIPPOCAMPES
REPRODUCTION ET ELEVAGE DES HIPPOCAMPES
AQUARIUMS HIPPOCAMPES ET TOURISME
VIDEOS HIPPOCAMPES & DRAGONS DE MER
ACHETER DES HIPPOCAMPES
HIPPOCAMPES ET VIBRIONS
LES MUST DE PLANETE HIPPOCAMPE
CONTACT PLANETE HIPPOCAMPE
NEWS LETTER
LIVRES SUR LES HIPPOCAMPES
QUESTIONS HIPPOCAMPE
FAQ HIPPOCAMPES
ASSOCIATION PLANETE HIPPOCAMPE