Cet article a pour origine le 2ème volet de la trilogie de 2004 présenté au Récif du vendredi de Courbevoie (cf. les musts sur ce site); il a été enrichi et actualisé par nos soins sans compter les commentaires de notre mascotte « RID’AIL ».

            

Suite de

2- UNE MAINTENANCE RESPONSABLE 

2- L'AQUARIUM SPECIAL  HIPPOCAMPES

L'AQUARIUM EVOLUTIF

L'aquarium naturel et ses 3 piliers


Il y a plusieurs type d’aquariums naturels répondant tous aux mêmes principes et répliquant chacun un biotope spécifique apprécié par un hôte principal. Pour les hippocampes ce sera pour l’essentiel un champ d’algues, une prairie de phanérogammes ou une forêt de gorgones, voire une colonie de coraux mous ou durs ; on peut même faire coexister plusieurs biotopes différents dans un même aquarium.

Mais avant cela, il est recommandé d'ajouter à son aquarium évolutif une décante.
 

Le plus de la décante jointe à une réserve d’eau et son osmolateur: 

La décante est une cuve annexe située sous l'aquarium, dans le meuble support.

L’eau de l'aquarium passe par débordement dans une surverse interne ; il s'agit d'un compartiment ouvert dont la hauteur est légèrement inférieure au niveau de l'eau et qui est fixé sur la paroi arrière et le fond du bac. ce fond est percé 3 fois ; 2 tubes, 1 principal + 1 de secours fonctionnant si le premier est accidentellement bouché, permettent à l’eau de descendre dans la décante ( 1 principal, 1 de secours si le premier est accidentellement bouché ) et 1 tube pour assurer la remontée d’eau de la décante à l'aquarium proprement dit.

La surverse est protégée des déchets flottants et des animaux par des peignes.


Une pompe logée dans la décante assure la remontée de l’eau qui débouche dans un tube percé de plusieurs trous sur toute sa longueur. Ce tube est installé en parallèle et légèrement au-dessus de la surface de l’eau, sur l’arrière de l’aquarium. Cela crée un courant oxygénateur mais pas trop fort allant vers la vitre frontale. Des flux d’eau bien localisés et qui ne changent pas de direction sont ainsi offerts aux hippocampes qui peuvent choisir d’y aller pour réaliser leurs danses.ensemble se branche sur le réseau d’eau froide sur une sortie de type robinet de cuisine ou de machine à laver. Attention les dimensions sont différentes et un adaptateur peut s’avérer indispensable. L’idéal est d’avoir un robinet libre pour installer l’appareil et le laisser en place. En effet la cartouche de la membrane doit rester verticale. L’appareil doit être utilisé au minimum une fois par mois pour ne pas s’abîmer.


Le volume de la décante est calculé pour qu’une remontée accidentelle de toute son eau ne provoque pas de débordement de l’aquarium.

Tout le matériel technique additionnel ( mousses filtrantes, écumeur, etc ..) sera installé dans cette décante et ne sera donc pas visible.

Une décante est donc pratique et efficace.

A côté de la décante une réserve d’eau douce osmosée équipée d’un osmolateur fera gagner en confort. L’osmolateur est un appareil très pratique : associé à un détecteur de niveau ( vendu avec l’appareil ) il permet de maintenir à son niveau l’eau de l’aquarium; grâce à une petite pompe, il ajoute de l’eau douce au fur et à mesure de l’évaporation de l’eau salée de l'aquarium ; cela permet de maintenir une eau à une salinité stable, soit une densité de 1020 à 1024 g/l ou une conductivité de 44 à 51 mS/cm à une température de 23°.



 


HISTORIQUE

L’actuel aquarium naturel est le résultat d’une évolution des idées et des systèmes commencée il y a une vingtaine d’années et qui continue aujourd’hui. Rien n’est figé dans le temps.

Cette évolution porte sur les moyens nécessaires pour répliquer une tranche de l’océan en n’acceptant qu’un minimum de compromis, compromis induits par les différences existant entre le petit monde du récif ouvert sur le grand large, et l’univers fermé de nos aquariums.

Cette théorie de l’aquarium naturel n’est pas figée dans le texte d’un grand maître ; il s’agit en fait d’une dynamique de pensée à laquelle tous les aquariophiles participent ; par leurs expériences, ils la font évoluer sans cesse.


LEE CHIN ENG, le précurseur :

Au début des années 60, en Indonésie, ce passionné d’origine chinoise met au point une nouvelle méthode : « the nature’s system ».

Il remplace les squelettes de coraux durs utilisés à l’époque par des pierres vivantes, des « reborn corals », « coraux ressuscités », un fond de sable et un simple tuyau sans diffuseur.

Beaucoup de personnes n’ont pas utilisé de roches vivantes acclimatées, ni eu la patience d’attendre plusieurs semaines que le système se stabilise : l’échec a été cuisant et la méthode injustement décriée. Mais elle a fini par s’imposer de nos jours.


Jean JAUBERT

Dans les années 80, à Nice il met au point un système particulier doté d’un plénum : un espace réservé à une couche d’eau sous une épaisseur de sable. Cette réserve d’eau est utilisée pour faciliter la diffusion de nutriments et de composants vitaux des processus biologiques à travers le substrat.

L’aquarium est fortement éclairé, ce qui favorise la pousse des algues et des coraux. L’eau est alors bien oxygénée au-dessus du sable pendant la journée et peu sous ce substrat. Les bactéries nitrificatrices aérobies occupent la couche supérieure du sable, les bactéries dénitrificatrices la couche inférieure.


FILTRATION BIOLOGIQUE :

NITRIFICATION : processus par lequel les déchets sont minéralisés et oxydés par des bactéries en nitrate et nitrite.

DENITRIFICATION : ensemble de réactions anaérobies par lesquelles des bactéries transforment, en présence de carbone, les nitrates en oxyde nitreux et en azote gazeux.


Ayant peu d’expérience sur cette méthode, je ne l’aborderai pas. Mais ce système dont la construction est difficile, semble ne rien ajouter et ne rien enlever au lit de sable vivant, plus simple. Même si rien de similaire n’existe dans la nature, cela me semble être une méthode qui corrige certains défauts des lits de sable vivant mal construits ; ce serait un système précurseur du lit de sable vivant doté d'une sorte de soupape de sécurité.

Mais un spécialiste de cette méthode en parlerait mieux que moi : de magnifiques aquariums ont été conçus en Jaubert et fonctionnent d'une manière parfaite.


Walter ADEY

Du Museum d’histoire naturelle du Smithsonian Institute de Washington met au point au début des années 90 le système Microcosme. Il cherche à recréer la «  food web » en ensemençant ses aquariums. Pour diminuer la concentration des nutriments dans l’eau, il utilise un filtre à gazon d’algues. On les récolte régulièrement en poussant un racloir plastique sur leur support.


Dietrich STUBER et ses amis berlinois

Dans les années 90, ils mettent au point la méthode berlinoise en reprenant les idées émises par le Suisse Peter Wilkens dans les années 70.

En plus des roches vivantes est utilisé un écumeur. Cet appareil élimine de l’eau les composés riches en azote avant leur dégradation ainsi que les composés organiques secrétés par algues et coraux.

Les lampes à vapeur de mercure sont remplacées par des HQI, lampes aux iodures métalliques.

Des ajouts de calcium et oligo-éléments sont faits régulièrement.


LEN SY

Il s’agit là d’un assemblage commercial de divers éléments connus par ailleurs. La société américaine Ecosystem Aquarium a l’art de vendre cher des éléments connus de tous.

Cependant cette méthode fonctionne bien sans écumeur.

Seule l’utilisation dans un refugium à caulerpes d’un substrat fait de boue « enrichie » appelée « Miracle mud » peut être considéré comme nouveau. Cette boue miracle a donné son nom à la méthode qui fonctionne avec un réel succès.


Steve TYREE et le « gradient environnemental »

Sil s'agit d'un système où toute la filtration est effectuée par des éponges vivantes et des tuniciers, exactement comme dans la nature.

Etant à ses débuts, cette méthode est à réserver à des spécialistes de ces 2 sortes de créatures.


Si on est familier avec la langue anglaise on peut lire son ouvrage intitulé « The Environmental Gradient, cryptic sponge and sea squirt filtration models » dont la première édition a été publiée en 2005.

(A suivre)...

 

Pour être informé de la mise en ligne de la suite de l'article, inscrivez-vous à la NEWS LETTER !

                                                         Vers la Page 6 de l'article       Vers la News Letter       Retour haut de page

                            

 

*   *  *

TOUT SUR LES HIPPOCAMPES Page 5
© 2017 Patrick André
ACCUEIL PLANETE HIPPOCAMPE
TOUT SUR LES HIPPOCAMPES
ORIGINE DES HIPPOCAMPES, FOSSILES & ADN
LE JOURNAL DES HIPPOCAMPES
REPRODUCTION ET ELEVAGE DES HIPPOCAMPES
AQUARIUMS HIPPOCAMPES ET TOURISME
VIDEOS HIPPOCAMPES & DRAGONS DE MER
ACHETER DES HIPPOCAMPES
HIPPOCAMPES ET VIBRIONS
LES MUST DE PLANETE HIPPOCAMPE
CONTACT PLANETE HIPPOCAMPE
NEWS LETTER
LIVRES SUR LES HIPPOCAMPES
QUESTIONS HIPPOCAMPE
FAQ HIPPOCAMPES
ASSOCIATION PLANETE HIPPOCAMPE